Art is divine

Poète Atypique

Par Alessandra Cenna

KUNSTMUSEUM 

BASEL

du 4 septembre 2021 - 23 janvier 2022

 

CAMILLE PISSARRO

L’atelier de la Modernité

Le champs de choux, Pontoise

Camille Pissarro 1873

Oil on canvas HxB: 60 x 80 cm

Creditline:Museo Thyssen-Bornemisza, Carmen Thyssen-Bornemisza Collection

Châtaigniers à Osny

Camille Pissarro 1883 

Creditline: Kunstmuseum Basel- Geschenk einiger Kunstfreunde, mit

einem Beitrag der Basler Regierung erworben

Photo Credit: Kunstmuseum Basel Martin P. Bühler

Un coin de l’Hermitage, Pontoise

Camille Pissarro 1878 Oil on canvas HxB: 54.6 x 65 cm

Inv. Nr.: Inv. 871

Creditline: Kunstmuseum Basel- Geschenk einiger Kunstfreunde, mit

einem Beitrag der Basler Regierung erworben

Photo Credit: Kunstmuseum Basel Martin P. Bühler

Le Jardinier

Camille Pissarro 1899

Oil on canvas 92.5 x 65 cm

Creditline: Staatsgalerie Stuttgart, erworben 1901, Tausch 1937,

Leihgabe 1962 Freunde der Staatsgalerie

Photo Credit: © Staatsgalerie Stuttgart

 

 

 

 

 

Cet automne, le Kunstmuseum de Bâle consacre à Jacob Abraham Camille Pissarro (1830 -1903)  une vaste exposition de plus de 180 œuvres intitulée  ” L’Atelier de la Modernité”, sa première rétrospective en Suisse depuis plus de 60 ans.

 

Patriarche des impressionnistes, libre penseur et révélateur de talents, ami et mentor de ses contemporains, Pissarro est pourtant trop souvent relégué au deuxième plan de l’histoire de l’art. Né aux Antilles dans la colonie danoise de « Charlotte Amélie », devenue aujourd’hui les « Iles Vierges des Etats Unis», Pissarro est le fils aîné d’une famille de marchands juifs installés dans l’Ile de Saint Thomas. 

 

Son père était d’origine portugaise mais né à Bordeaux et sa mère était créole. La synagogue avait refusé  au début de reconnaître leur mariage car ils étaient tante et neveu par alliance. Leur union ne sera officielle que sept ans plus tard. 

A douze ans, Pissarro part pour la France faire ses études à Sanary près de Paris où ses talents de dessinateur sont encouragés. Il revient pourtant travailler dans le commerce familial mais très vite cette vie bourgeoise ne lui convient pas. Il décide de partir pour Caracas et ce voyage avec son ami peintre danois Fritz Melbye marquera un tournant définitif dans sa vie. 


L’Etang de Montfoucault, effet d’hiver

Camille Pissarro 1874 

Creditline: Kunstmuseum Basel- Geschenk einiger Kunstfreunde, mit

einem Beitrag der Basler Regierung erworben

Photo Credit: Kunstmuseum Basel Martin P. Bühler

Femme au fichu vert

Camille Pissarro 1893

Oil on canvas 65,5 x 54,5 cm

Paris, musée d’Orsay, Photo © RMN-Grand Palais (muséed’Orsay) - © Franck Raux

 

 

A vingt cinq ans, il s’installe définitivement à Paris et se lie d’amitié avec les plus grands artistes de son époque. 

Il ne retournera jamais aux Amériques.

Seul peintre à participer à toutes les expositions impressionnistes de 1874 à 1886, il remet en question les principes de la peinture académique. 

Pissarro s’intéresse autant à la nature, à ses paysages qu’aux figures humaines et se plaît à peindre les gens de la campagne, l’univers des paysans et de leurs labeurs. 

Il aime les toiles de Millet, Courbet et Corot. Il épouse une fille d’un viticulteur de Bourgogne entrée comme domestique dans sa famille qui lui coupera les vivres suite à cette union considérée comme une mésalliance. Pissarro aime à peindre en plein air et il le fera au côté de Cézanne. Gauguin lui achètera des toiles et le rejoindra aussi à Pontoise. Claude Monet, avec qui il sera en exil à Londres pendant la guerre avec la Prusse, sera le parrain de son fils et c’est lui qui lui prêtera l’argent pour acheter sa dernière demeure « La Pommeraie». 

Son parcours atypique peuplé de merveilleuses rencontres fait de Pissarro un marginal même si, pendant longtemps, ses choix artistiques le rendirent plus populaire que Degas ou Renoir. 


Effet de neige à l’Hermitage

Camille Pissarro 1875

Creditline: Kunstmuseum Basel- Geschenk einiger Kunstfreunde, mit

einem Beitrag der Basler Regierung erworben

Photo Credit: Kunstmuseum Basel Martin P. Bühler

Pauvre financièrement mais riche de cœur, cet artiste unique avait un don pour l’amitié et cette générosité vibre dans ses toiles par la force de son âme. Ce polyglotte qui maîtrisait le français, l’anglais et l’espagnol, a été un anarchiste plus dans la pensée que dans l’action. 

 

Sa différence, il l’exprimait en trois couleurs primaires et en leurs dérives immédiates créant ainsi sa propre lumière.

Prolifique, il réalisa plus de mille cinq cents œuvres. « Un coin de l’Hermitage », tableau peint à Pontoise en 1878 fut le premier tableau impressionniste à entrer dans la Öffentliche Kunstsammlung Basel, la collection publique baloise en 1912.

 

 

 

La ville suisse a depuis resserré ses liens 

avec Camille Pissarro et cette exposition est 

un vibrant hommage à ce grand peintre 

qui a si brillamment influencé l’art moderne 

de sa douceur poétique et de sa force de caractère. 

 

 

CAMILLE PISSARRO 

L’ATELIER DE LA MODERNITE  

KUNSTMUSEUM - BALE - SUISSE

WWW.KUNSTMUSEUMBASEL.CH

Autoportrait 

Camille Pissarro 1903

Tate Londres © Tate images


Louveciennes,Chemin creux)

Camille Pissarro 1872

Oil on canvas 46 x 55 cm

Creditline:Museum Folkwang Essen