Art is divine

Au coeur de l'Italie

Alessandra Cenna

PALAZZO ZABARELLA

PADOUE - ITALIE

jusqu’au 18 avril 2021

 

Macchiaioli

Chefs-d’oeuvre de l’Italie qui renaît 

Vincenzo Cabianca

Al sole, 1866

Olio su tela, cm. 75x90

Bologna, collezione privata

Telemaco Signorini

Bambini colti nel sonno, 1896

Olio su cartone, cm. 49,5x40

Collezione privata

Giovanni Boldini

Ritratto di Giorgio Sevieri, 1866-1867

olio su tela, cm. 35x25

Viareggio, Istituto Matteucci 

Le  mouvement des Macchiaioli naît en Italie au milieu du XIX siècle et se développe dans toute la péninsule, en particulier en Toscane, avant l’unification du pays en 1861.Le nom « Macchiaioli » fut inventé par un journaliste qui souhaitait péjorativement décrire leur manière de peindre avec le mot italien « macchia » qui signifie « tache ». 

 

Ces « tachistes » se sont appropriés le terme pour s’opposer à l’académisme de l’époque et rompre avec le passé.

 

Ce style de peinture est profondément enraciné dans le «Risorgimento» de cette Italie qui renaît enfin unie. Précédant Monet, Van Gogh ou Gauguin, ces artistes projettent leurs émotions sur la toile et dépeignent des scènes intimes de la vie quotidienne. 

 

Les Macchiaioli vivent à Florence, Rome, Venise et Milan. Ils aiment les joies de la plage et de la campagne. 

Amoureux inconditionnels du grand air, ils représentent cette Italie en pleine construction au rythme des scènes domestiques ou paysannes et de l’armée de Garibaldi. Enfants endormis au cœur de l’amour maternel, femmes amoureuses ou médecins et mendiants, tous ces êtres dans leur quotidien font l’apologie du travail humble dans la lumière de ces si beaux paysages. 

 

Les Macchiaioli utilisent le chiaroscuro pour jouer des contrastes de l’ombre avec la lumière. Le linge sèche doucement au soleil, les balcons sont fleuris. Délicatesse, raffinement et élégance sont les maîtres mots de ces artistes de l’intime.


Vincenzo Cabianca

Ritorno dai campi, 1862

olio su tela, cm. 75x151

Livorno, collezione Angiolini 

 

 

 

 

A Padoue, au Palais Zabarella, l’exposition «Les Macchiaioli, chefs-d’oeuvre de l’Italie qui renaît “ présente une centaine de tableaux et met en avant des artistes renommés comme Giovanni Fattori, Telemaco Signorini, Giovanni Boldini, Silvestro Lega, mais aussi des artistes moins connus. 

 

Des œuvres mondialement célèbres comme celles qui appartiennent à la collection de la Galerie du Palazzo Pitti de Florence, côtoient des tableaux jamais encore présentés au public.

 

Les Macchiaioli étaient bien souvent incompris de la critique et pourtant ils ont été soutenus par des mécènes et des personnalités du monde de la littérature et des arts. 

Ces hommes et ces femmes sont présents à leur côté dans cette exposition qui leur rend hommage en dévoilant leurs portraits, leurs demeures et les œuvres qu’ils ont commanditées. 

 

Des savants, des dames de l’aristocratie toscane mais aussi des bourgeois ont porté haut ce vent de liberté en rupture avec le Néoclassicisme et le Romantisme. 

Cristiano Banti

Ragazza che dà da mangiare a un’anatra, 1871

olio su tavola, cm. 32x16

Collezione privata


Giovanni Fattori

La strada bianca, 1887 circa

olio su tela, cm. 95x73

Viareggio, Istituto Matteucci

Ils participaient à des salons littéraires et commandaient des toiles car ils croyaient en l’avenir des Macchiaioli. 

 

Les marchands des colonies françaises et la communauté anglo-américaine en résidence à Florence sont aussi présents comme défenseurs de cet art nouveau. Diego Martelli, critique et mécène, mérite une place d’honneur pour avoir ouvert au mouvement Macchiaioli sa maison de Castiglioncello, près de Livourne. 

 

Il a même transformé le petit village en un lieu symbolique de cette liberté d’esprit et de cette créativité colorée. 

Les plages avec leurs maisons de pêcheurs et les champs de blé sous le ciel bleu reviennent dans les œuvres des Macchiaoli qui aimaient à dépeindre toutes les scènes maritimes et rurales.

 

Artistes rebelles de la liberté et de l’amour dans une nation enfin unifiée, soutenus par les mécènes et les marchands… Une exposition à la saveur toute italienne dans sa douceur de vivre, ses couleurs et sa tendresse.

 

 

“ Macchiaioli, Chefs-d’oeuvre de l’Italie qui renaît “ 

 Palazzo Zabarella -Padoue -Italie 

www.zabarella.it

- jusqu’au 18 avril 2021 -


Silvestro Lega

In giardino, 1883 circa

olio su tavola, cm. 29,2x37,8

Collezione privata