Love is ALL

Vertigineuse majesté cachée

Alessandra Cenna

Galliera - Backside © Paris Musées -Pierre Antoine 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le dos est la vedette d’une magnifique exposition parisienne au Musée Bourdelle, en duo avec le Palais Galliera, pendant la durée de ses travaux d’extension. 

 

Les plus beaux dos de la mode se découvrent au milieu de l’atelier et des œuvres du célèbre sculpteur.Les grands couturiers ont toujours compris l’importance et le pouvoir de la beauté majestueuse d’une nuque, de belles épaules et d’une chute de reins.

Jeanloup Sieff, Le dos d’Astrid Heeren, 

Palm Beach [Robe Bill Blass pour Maurice Rentner,  publiée dans Harper’s Bazaar, 1964



Galliera - Backside © Paris Musées -Pierre Antoine 

Galliera - Backside © Paris Musées -Pierre Antoine 

 

 

Dans la société occidentale, le dos demeure un trésor caché à l’érotisme voilé par les lacets, les rubans et les crochets que seuls les amants et les femmes de chambre étaient habilités à défaire.

 

Dès le XIIIème siècle, la traîne ondulait à l’arrière des croupes pour signifier selon son importance le rang social de celle qui l’arborait. Symbole de noblesse par sa présence et de richesse par ses dimensions, elle devient synonyme de jeux de séduction à partir des années 20.

 

Rita de Acosta Lydig, mondaine new-yorkaise, est une des premières à oser creuser son décolleté à l’arrière de sa robe du soir.

 

Elle fit ainsi sensation et scandale lors d’une représentation à l’Opéra House. Cette première ouvrit la voix à une véritable mode reprise avec bonheur par les productions hollywoodiennes à succès. Le mouvement d’émancipation de la femme s’empare de cette libération d’une nouvelle partie du corps féminin à une époque où les codes de la beauté changent. Le culte du bronzage remplace celui de la blancheur et les échancrures parent les tenues de ville et de plage.

 

Pendant la guerre le code Hays interdisait de montrer la poitrine des actrices dans les films, les dos dénudés sont donc une merveilleuse réponse pour détourner ce manquement à la liberté d’expression.


Galliera - Backside © Paris Musées -Pierre Antoine 

Sensuel, tout en courbes subtiles, le dos ne se dévoile qu’après l’entrée d’une belle, ce décolleté raffiné attend pour se dévoiler et n’en a que plus de charme.

 

Le photographe Jeanloup Sieff a fait du dos des femmes le sujet principal de ses iconiques clichés en noir et blanc immortalisés dans les vêtements les plus audacieux de nombreux stylistes. La célèbre robe noire cultissime de Guy Laroche portée par la ravissante Mireille Darc, le dos en dentelles d’ Yves Saint Laurent, la robe ailée de Thierry Mugler, et les corsets recto verso de Jean Paul Gaultier sont autant d’incontournables exemples de ce mythe ainsi dévoilé.

Le dos se cache souvent derrière un devant à la rigueur monacale pour renforcer son effet de surprise et, en conséquence, sa troublante et érotique séduction.Sculpté, brodé, dévoilé, paré, tatoué de messages, les couturiers de McQueen à Yamamoto rivalisent d’ingéniosité pour sublimer ce dos ainsi divinisé qui ravit la vedette aux plus scandaleux des décolletés.

 

“Dos à la Mode “ est une originale invitation à découvrir l’histoire de la mode féminine en une élégante scénographie monumentale où dialoguent merveilleusement Haute-Couture et sculptures.

 

BACK SIDE/ DOS A LA MODE Jusqu’au 17 novembre 2019 

Exposition hors les murs du Palais Galliera - Musée Bourdelle - Paris XVème 

www.bourdelle.paris.fr     www.palaisgalliera.paris.fr 

Galliera - Backside © Paris Musées -Pierre Antoine 



Galliera - Backside © Paris Musées -Pierre Antoine 

Galliera - Backside © Paris Musées -Pierre Antoine