Art is divine

GIO PONTI

Lo Stile

Alessandra Cenna

MUSEE DES ARTS DECORATIFS

Paris

Du 19 octobre 2018 au 10 février 2019

Hôtel Parco dei principi -Sorrente -1960

© Photographie Gio Ponti Archives, Milan

Collage Gio Ponti

© Photographie Gio Ponti Archives, Milan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Considéré comme l’un des architectes et designers les plus influents du XXe siècle, Gio Ponti (1891-1979) est mis à l’honneur au Musée des Arts Décoratifs pour une première rétrospective en France, du 19 octobre 2018 au 10 février 2019. 

 

Créateur prolifique, autant intéressé par la production industrielle que par l’artisanat, il a bouleversé l’architecture d’après-guerre tout en ouvrant les perspectives d’un nouvel art de vivre. 


Salon de la villa Arreaza, 1956

© Photographie Gio Ponti Archives, Milan

Mise en scène par l’agence Wilmotte & Associés avec la collaboration du graphiste Italo Lupi dans la nef du musée, l’exposition Tutto Ponti, Gio Ponti archi-designer couvre l’ensemble de sa longue carrière, de 1921 à 1978, mettant en lumière les nombreux aspects de son travail, de l’architecture au design industriel, du mobilier au luminaire, de la création de revues à son incursion dans les domaines du verre, de la céramique et de l’orfèvrerie.

 

Plus de 500 pièces retracent ce parcours pluridisciplinaire mêlant architecture, mobilier, aménagements pour des demeures privées ou des bâtiments publics, universités, cathédrales. 

 

L’exposition présente de façon chronologique les six décennies de la carrière de Ponti dans les domaines de l’architecture, du design, de l’aménagement intérieur et de l’édition. 

 

Objets, immobilier, architecture jusqu’à la cathédrale de Tarente qui termine ce parcours si riche d’un artiste aussi prolifique que génial, chaque élément renvoie à la personnalité joyeuse et colorée d’un homme exceptionnel d’originalité et de talent. 

 

Né à Milan, Gio Ponti a toujours été inspiré par l’optimisme entrepreneurial et le dynamisme de cette ville considérée comme la capitale économique de l’Italie. 

 

Profondément attaché à ses origines, Gio Ponti a défendu jusqu’au bout son principe d’une «maison à l’italienne», considérée comme l’expression ultime d’une authentique civilisation moderne et internationale. 

Salon de la villa Nemazee, 1964.

© Photographie Gio Ponti Archives, Milan


Casa Planchart, Caracas, 1957. Photographie Antoine Baralhé. Caracas, Fondation Anala et Armando Planchart

Salle de séjour de la villa Planchart, Caracas, 1957.

Photographie Antoine Baralhé. Caracas, Fondation Anala et Armando Planchart


Hôtel Parco dei principi, Sorrente 1960

© Photographie Gio Ponti Archives, Mila

Le slogan « de la petite cuillère au gratte-ciel » attribué à l’architecte italien Ernesto Nathan Rogers (1909-1969), incarne bien la personnalité de l’architecte milanais dont les projets pouvaient évoluer de l’infiniment petit à l’infiniment grand.

Architecte et designer sans frontières, il a marqué de son empreinte l’activité universitaire et culturelle de sa patrie mais aussi du monde entier en diffusant ses célèbres revues artistiques DOMUS et LO STILE.

Après avoir été Directeur artistique du porcelainier italien Richard Ginori, c’est en France qu’il crée sa première œuvre d’architecture avec  « L’Ange Volant », villa conçue pour le Directeur de la maison Christofle. Une demeure sans complications, mais qui ne répond pas simplement aux nécessités matérielles de l’existence, loin de la machine à habiter, cette première maison incarne l’univers esthétique et poétique de Gio Ponti.

Cet « Ange » va déployer ses ailes à l’international et être le premier fleuron d’une grande lignée de merveilleux bâtiments, maisons, musées, écoles, hôtels, églises dans le monde entier. 

De la Tour Pirelli à Milan aux villas privées entre Caracas et Téhéran, ou du Denver Art Museum à l’hôtel Parco dei Principi de Sorrente, Gio Ponti ne cesse d’inventer des univers avec une fraîcheur surprenante. 


Dessins présentés à l’exposition sur le design industriel à la IXe Triennale de Milan, 1957, encre sur papier. 

© Photographie Gio Ponti Archives, Milan

Gio Ponti  aménage des intérieurs d’immeubles et imagine de fabuleux décors pour le théâtre comme pour les paquebots transatlantiques.

 Son inspiration sans limites le conduit à collaborer à quatre mains avec Piero Fornasetti mais aussi avec des maisons comme Venini, Fontana Arte, Artemide, Knoll, Poltrona Frau, Cassina, Guzzini. 

Avec Richard Ginori, ses vases se colorent à l’infini et naît la célèbre main de la sorcière. Pour Christofle, ce sont plus de 35 objets, chandeliers, coupes et boîtes qui sortent de l’imaginaire de Gio Ponti.

© Photographie Gio Ponti Archives, Milan


Casa Planchart- © Antoine Barhalé

Salle de séjour de la villa Planchart, Caracas, 1957.Caracas, Fondation Anala et Armando Planchart© Antoine Barhalé


Illustration pour Una piccola casa ideale.

© Photographie Gio Ponti Archives, Milan

Service de table -Édition Franco Pozzi, 1967, 

Fonds Marco Arosio © Image courtesy of Wright auction

Tout ce que touche cet insatiable avant-gardiste devient une légende. Ainsi, la Superleggera, inspirée des chaises en paille tressée des pêcheurs du village de Chiavari en Ligurie au XIXème siècle, demeure une icône pontienne des années 50 après plus de dix ans d’études et de croquis. 

Inventeur prolixe il re-designe tous les objets quotidiens de la tête de lit à la machine à coudre, des sanitaires à la machine à café. Gio Ponti est un des pères du design italien avec toute sa légèreté, ses couleurs joyeuses et ses lignes harmonieuses. 

 

Avec ses yeux d’enfant, Gio Ponti a su porter un regard pur et ludique sur l’architecture et le design pour y apporter ce supplément d’âme sans artifices, cet enchantement permanent.


Céramiques

© Photographie Gio Ponti Archives, Milan

TUTTO PONTI : GIO PONTI ARCHI-DESIGNER

Musée des Arts Décoratifs  - MAD

Paris

Du 19 octobre 2018 au 10 février 2019  

www.madparis.fr