Love is ALL

L' Etoffe de l' Art

Photographe Alessandra Cenna

MUSEO MARIANO FORTUNY Y MADRAZO

Venise - Italie

Giotto Bizzarrini

Ferrari 250 GTO, 1962

Ten Tenths © Ben de Chair

A  Venise, le Musée Fortuny a été réouvert après deux ans de rénovation du Palazzo Pesaro degli Orfei, lieu de rencontre de l’élite intellectuelle européenne du début du XX siècle. 

Ce merveilleux palais gothique appartenait à l’origine à la famille vénitienne homonyme, Mariano Fortuny Y Madrazo  y vécut et y travailla de 1898 jusqu’à sa mort en 1949 en compagnie de sa femme et muse inspiratrice Henriette Nigrin. 

La maison - atelier de l’artiste fût sinistrée par l’ Acqua Granda en novembre 2019 quand l’eau de la lagune atteint une hauteur exceptionnelle. Le Palazzo devint un musée permanent grâce à l’installation et à la scénographie du Maestro Pier Luigi Pizzi, metteur en scène et architecte de renommée internationale. 

Ce lieu immense témoigne du parcours original et génial de Mariano Fortuny Y Madrazo.

Peintre et photographe bien avant de s’intéresser à la couture, cet inventeur et artiste polyédrique est né en Espagne, à Malaga le 11 mai 1871.

Fils de parents collectionneurs et artistes, il perdit son père à 3 ans, le peintre orientaliste Maria Fortuny. Sa mère, Cecilia de Madrazo y Garreta, part alors avec ses enfants à Paris où le petit Mariano commence son éducation artistique entouré d’objets d’art africains et précolombiens. 

A 12 ans, la star de la peinture italienne, Giovanni Boldini, l’amène voir des ballets au nouveau Théâtre Eden. Mariano demeure frappé par l’univers des technologies scéniques et il sera un grand innovateur en ce domaine. 

A 18 ans, en raison d’une allergie aux poils des chevaux qui empêchait ses sorties en carrosse, il déménage avec sa famille à Venise. Ainsi, dans cette ville d’eau il pouvait sans soucis se déplacer en bateau. 


 

La famille d’abord s’installe au Palazzo Martinego où l’activité culturelle et artistique de Mariano prend une importance considérable. Sa passion pour  l’éclairage l’amène à créer sa célèbre “Coupole Fortuny ». Ce quart de sphère blanche inspiré de la voute céleste pouvait devenir un écran pour des projections. Il réalisa également des lampes insolites capables de produire des lumières scéniques sans provoquer d’ombres. 

 

Sa rencontre avec le jeune mannequin Henriette Nigrin à Paris l’amène à se passionner pour la création des tissus. Leur passion réciproque est faite d’une complicité totale, une histoire d’amour et  une union créative qui va ainsi durer jusqu’à la mort de Mariano en 1949.

 

Les époux installent leur premier atelier d’impression d’étoffes et de châles en soie dans le Palazzo Pesaro degli Orfei. Leur célèbre robe Delphos naquit de leur découverte du plissé lors d’un voyage en Grèce.

 

Leurs créations étaient le symbole de cette fluidité libératrice de la rigidité des corsets et les femmes de la haute société de l’époque les adoptèrent à la suite d’Isadora Duncan, de Sarah Bernhard et d’ Eleonora Duse.

 

A sa mort, le Palazzo Pesaro degli Orfei fut légué par sa femme à la ville de Venise pour être consacré à la culture.


Son énorme portail et sa façade gothique donnent sur le Campo San Beneto.

Le rez-de-chaussée est désormais destiné aux expositions temporaires, tandis que les nombreuses disciplines chères à Mariano sont exposées dans les deux étages supérieurs. 

Quelques gradins conduisent aux étages de cette maison musée, le premier avec son magnifique jardin enchanté peint en trompe l’oeil par Mariano même. 

Le grand portego vénitien, salle de réception typique des bâtiments de Venise, mesure 42 mètres de long par étage. Le premier étage est richement décoré par des tissus qui évoquent l’Orient. Les images d’archives et les peintures ont été utilisées pour reconstruire l’ambiance de l’époque. Le bâtiment abrite la vaste collection personnelle de tableaux de Mariano, environ 150, selon les différentes périodes de sa carrière, ses photographies et ses tissus. 

Le second étage est plus intime, on pénètre dans son univers artistique, ses dessins, ses projets, sa précieuse bibliothèque source d’inspirations.  

 

Mariano a vécu pour et à travers l’Art, son lien avec Venise est destiné à rester éternel grâce à ce musée magnifique.

Il aimait profondément la cité des Doges au point 

qu’Oriana Fallaci, après l’avoir rencontré pour une interview 

en 1952 alors qu’il était Vice Consul Honoraire d’Espagne, 

déclara qu’il « parlait plus vénitien qu’un gondolier ».

Un homme du Sud dont l’art est à jamais sans frontières…

 

MUSEO MARIANO FORTUNY Y MADRAZO

Campo San Beneto 3958 - Venise Italie 

www.fortuny.visitmuve.it 


Shot on iPhone 12