Art is divine

Beautés Mondaines

Alessandra Cenna

MART 

Musée d’Art Moderne et Contemporain 

de Trento et Rovereto 

Italie

 

GIOVANNI BOLDINI

 IL PIACERE

Giovane donna in déshabillé (La toilette), 1880 c.

olio su tela, 87 x 67 cm

Collezione privata

La treccia bionda, 1891 c.

olio su tela, 65,5 x 50,4 cm

Galleria d’Arte Moderna, Milano

 

 

 

 

 

 

 

Le  Musée MART de Rovereto consacre à Giovanni Boldini (1842- 1931), célèbre peintre italien, une magnifique et riche exposition, véritable hommage à la femme et à l’élégance féminine.

Plus de150 œuvres proviennent de collections privées et publiques et la majorité appartient au patrimoine du Musée Boldini de Ferrare, fermé au public après le tremblement de terre de 2012. 

Ses tableaux seront ensuite présentés au Petit Palais à Paris.

L’exposition est intitulée «Il Piacere (Le Plaisir)” et reflète l’essence de la Belle Époque, un monde de beauté, de séduction et de sensualité. Elle évoque aussi l’œuvre littéraire d’un grand poète et écrivain italien, Gabriele D’Annunzio. Ce contemporain de Boldini fréquentait avec lui les mêmes lieux mondains et partageait avec le peintre le même goût pour ses muses.


La contessa de Rasty coricata, 1880 c.

pastello su carta, 44,5 x 116,5 cm

Collezione privata. Courtesy Massimo Vecchia

L ’exposition suit un ordre chronologique et retrace la vie et l’œuvre de Boldini, dès ses débuts à Ferrare en passant par sa collaboration  avec les artistes Macchiaioli à Florence jusqu’à son départ pour Paris et Londres. Boldini fût alors consacré comme portraitiste aimé et vénéré par la bourgeoisie et l’aristocratie internationale.

Ses portraits de femmes aisées, actrices, intellectuelles, divas, rencontrées dans les lieux mondains d’un Paris  de la fin du siècle, ont su capturer l’esprit d’une société dynamique et pétillante.

Contrairement à son père Antonio, peintre spécialisé dans la reproduction de l’antiquité, Giovanni Boldini s’est très vite éloigné des conceptions académiques pour s’attacher à réaliser des portraits plus intimistes en les immergeant dans de riches décors. 

En 1867, Boldini arrive pour la première fois à Paris afin de visiter l’Exposition Universelle. Conquis par le charme de cette ville redessinée par le Baron Haussmann, il s’installe à Pigalle et signe un contrat avec le marchand d’art Adolphe Goupil pour la vente et la reproduction de ses œuvres. Boldini peint des scènes galantes destinées à une clientèle bourgeoise qui recherche des œuvres empreintes de légèreté. 

Ses petites toiles précieuses habillent ou déshabillent les femmes comme le soulignait si justement le journaliste de son époque Albert Flament. Les héroïnes de Boldini sont sans complexes et font valoir leurs charmes avec ou sans étoffes.

En 1886, Boldini transfère son atelier dans celui de John Singer Sargent dans le 17ème arrondissement. Il se consacre alors à ses grandes toiles à l’huile ou aux pastels.

La signora in rosa, 1916

olio su tela, 163 x 113 cm

Museo Giovanni Boldini, Ferrara


Ritratto di Madame Veil-Picard, 1896-1897

olio su tela, 198 x 100 cm

Collezione privata

Ritratto del piccolo Subercaseaux, 1891

olio su tela, 170 x 98,5 cm

Museo Giovanni Boldini, Ferrara


Miss Bell, 1903

olio su tela, 205 x 101 cm

Raccolte Frugone - Musei di Nervi, Genova

 

 

 

 

 

 

Toujours très attentif aux diktats de la mode, il est un des portraitistes les plus en vogue à Paris au début du XXème siècle.

 

Boldini aime l’élégance et les tenues de son époque faites d’accessoires, de bruissements de taffetas et de dentelles. Il représente avec talent les robes vaporeuses assorties d’éventails et d’ombrelles.

 

Passionné par ces femmes fatales qui jouent de leurs atouts et de leurs atours, il les suit au bout de la nuit, au cœur de la vie nocturne dans leurs carrosses ou aux Folies Bergères.

Il dédie aussi certaines de ses plus célèbres toiles aux Dragons français de la caserne de Versailles.

 

Giovanni Boldini a su immortaliser plus que tout la beauté et la coquetterie féminine. Ses figures aussi irrésistibles que raffinées demeurent à jamais inoubliables et conservent à travers les ans toute leur séduction.

 

 

GIOVANNI BOLDINI-IL PIACERE 

jusqu’au 5 avril 2021.

MART Musée d’Art Moderne et Comtemporain 

de Trento et Rovereto (Italie) 

www.mart.trento.it


La marchesa Luisa Casati con piume di pavone, 1911-1913

olio su tela, 136 x 176 cm

Galleria Nazionale d’Arte Moderna e Contemporanea, Roma