Art is divine

Poète des Ghettos

Par Micha Christos

THE WORLD OF BANSKY 

EXPO PARIS

© BANKSY 

© BANKSY

Artiste d’art urbain, Banksy est internationalement connu sous ce pseudonyme car sa véritable identité demeure secrète malgré toutes les spéculations à son sujet. Apparemment actif depuis les années 90 en Angleterre, il travaille au pochoir avec humour et poésie mais aussi à des buts politiques avec des messages clairement anticapitalistes, anarchistes, antimilitaristes et, pour résumer, antisystèmes.

En 2003, Banksy réalise la pochette du disque de Blur, « Think Tank » montrant un homme et une femme enlacés peints sur un mur avec des casques de scaphandriers.

 

En 2004, il imprime de faux billets de 10 livres et met l’effigie de Lady Diana à la place de celle de la Reine. Il remplace également la mention « Bank of England » par « Banksy of England » et disperse ces petites coupures lors du carnaval de Notting Hill.

Fondateur du projet « Santa’s Ghetto », il réalise des peintures sur le mur de Bethléem pour redonner espoir aux palestiniens. 

En 2005, il collabore avec d’autres artistes comme l’américain Ron English et transforme le mur en une toile géante dont il parle dans son livre « Wall & Piece ». Personne ne peut oublier l’image de sa petite Vietnamienne brûlée au napalm tenant par la main Mickey mouse et Ronald McDonald.

Banksy a également décoré la barrière de séparation israélienne avec une échelle jusqu’au haut du mur et des enfants qui creusent un trou pour passer de l’autre côté.

Ses œuvres ont souvent été menacées de destruction par les autorités. Son succès et de nombreuses pétitions de soutien permettent à bon nombre d’entre elles de continuer à exister.

 

En 2009, une importante exposition lui a été consacrée à Bristol.

 

A partir du 1er octobre 2013, il part pour New York et orne les murs de la ville ou des camions, il intitule cette performance « Better out than in » « Mieux vaut dehors que dedans ». Il s’installe anonymement sur le trottoir de Central Park et vend ses œuvres 60 dollars pièce, sept sont achetées pour un montant de 420 dollars, chacune d’entre elle est estimée à 160 000 dollars.

En 2015, Banksy peint en territoire palestinien pour dénoncer la destruction de la ville de Gaza. Banksy a réalisé des graffitis en France sur la crise des migrants. 

Ainsi, à Calais, il met un portrait de Steve Jobs avec un ordinateur et un baluchon pour rappeler que le créateur d’Apple était fils d’un immigré Syrien arrivé aux Etats Unis dans les années 50.


© BANKSY

Dès 2018, Banksy investit Paris pour dénoncer la politique d’immigration du gouvernement français et pour rendre hommage aux victimes du Bataclan.

 

Plusieurs de ses œuvres sont volées dont la « Jeune fille à l’air triste » qui était sur la porte de la salle de concert. L’œuvre sera retrouvée en Italie.

 

Banksy a vendu ses œuvres aux enchères pour soutenir les équipes soignantes britanniques dans leur combat contre la pandémie du Covid 19.

 

Face aux nombreux faux Banksy en raison de son anonymat, la société Pest Control est l’unique autorité d’authentification reconnue par l’artiste qui valide lui-même certaines œuvres sur son compte Instagram.

Lors de la vente chez Sotheby’s de la version papier de son œuvre « Girl with Balloon – There’s always hope », la petite fille au ballon, peinte pour la première fois en 2002 sur un mur de Londres, Banksy avait caché un broyeur à papier dans le cadre et l’œuvre, après avoir été adjugée 1 042 000 livres sterling s’est pratiquement autodétruite.

 

La toile la plus chère de Banksy à ce jour est celle de « Devolved Parliament » représentant le parlement britannique peuplé de singes, elle a été adjugée à 9,9 millions de livres sterling.

Contestataire contesté uniquement par les systèmes qu’il vilipende à travers ses œuvres, Banksy est un des plus célèbres anonymes du monde de l’art et ses images marquent son époque avec force. 

Banksy a fait du pochoir toute une histoire et son message parle en silence avec puissance.


© BANKSY